Parfois, malheureusement, vous êtes pris de court. Le temps que vous aviez prévu pour réviser cette matière si complexe est bien trop maigre. Et comme si ce n’était pas assez difficile, les tuteurs de la Yomega Academy ne sont pas disponibles pour venir à votre rescousse et corriger le tir. Livré à vous-même, il vous faut alors réunir des stratégies de la débrouille ! C’est pourquoi, nous vous proposons un article qui vous permettra de mettre toutes les chances de votre côté pour réussir un examen malgré les contraintes du stress et du temps.
Les bases de la débrouille en 5 étapes
1) La première information clé à maîtriser est le format de l’examen. Sachez précisément si votre examen prend la forme d’un oral ou d’un écrit et adaptez votre méthode d’étude selon. Les stratégies différeront selon qu’il s’agit de questions ouvertes ou de questions à choix multiples par exemple. Il convient également de bien cibler les parties du cours et le savoir-faire qui paraît essentiel aux yeux du titulaire du cours. Quel pourcentage de l’examen est réservé à de la restitution de théorie pure ? A des exercices ? Renseignez-vous auprès du professeur à ce sujet.
2) Essayez d’en savoir davantage sur les «coulisses » de l’examen. Pour cela, référez-vous aux témoignages d’étudiants ayant déjà passé l’épreuve que vous préparez. Ils vous révéleront tout ce que le professeur se sera gardé de vous dire pour conserver l’exclusivité et le mystère de son évaluation. Ils vous diront par exemple que le chapitre 5 vaut 6 points sur 20, alors que le chapitre 12 n’en vaut que 2. Soyez attentifs aux tuyaux et astuces qui vous offriront un gain de temps considérable
3) Si possible, tentez de vous procurer un ou plusieurs modèles d’examen, sur lesquels vous prendrez soin de vous entraîner en priorité pour 2 raisons. La première : vous vous exercez déjà aux conditions « réelles » de l’examen en vous confrontant à des questions-type. La deuxième : il arrive que, pour constituer son nouveau questionnaire, le professeur puise son inspiration dans des questions d’examens antérieurs, voire même, en reprend intégralement. Vous ne devriez manquer cette occasion sous aucun prétexte. 
4) Procurez-vous un résumé fiable et lisible, surtout si le cours de base est soit trop long à consulter de bout en bout, soit difficile à déchiffrer en peu de temps. Consultez au besoin de la documentation sur Internet, ou des vidéos YouTube explicatives, capables parfois de réaliser des déclics que 250 slides n’auront pas réussi à produire.
5) Maintenant que vous connaissez le format de l’évaluation, que vous savez à peu près ce que le prof attend de vous après s’être renseigné auprès de lui et de ses anciens étudiants, et qu’enfin, vous avez choisi un support sur lequel baser votre étude (cours, résumé, YouTube), il est venu le temps d’élaborer une stratégie béton.  Un plan d’étude qui tiendra compte à la fois des astuces que vous avez récoltées, et de vos points forts. En effet, il est important de prioriser les compétences que vous maîtrisez. Si par exemple, vous êtes particulièrement bon à la résolution d’exercices, vous gagnerez du temps (et du plaisir !) à vous entraîner à cette partie de l’examen qui requiert ce savoir-faire. Si apprendre par cœur de la théorie vous est plus facile, c’est là que vous mettrez votre focus. En somme, mettez votre énergie dans le meilleur compromis entre ce qui est utile/rentable à connaître, et ce dans quoi vous êtes vraiment bon. 

 

2  pièges fréquents dans l’élaboration d’un plan :
 1)    Vouloir tout connaître.
Il est très important de se fixer des objectifs réalistes et de s’y tenir scrupuleusement. Il vous faudra certainement renoncer à certains chapitres. Même si ce sacrifice peut paraître douloureux, il est nécessaire, et vous vous en remercierez probablement plus tard. Gardez en tête que souvent, il vaudra mieux maîtriser 30% d’un cours que connaître très superficiellement 60% du même cours. 
 2)   Passer un temps fou à élaborer un plan.
Parfois, pris dans un élan irrésistible de perfectionnisme, on se met à réfléchir pendant des heures à la meilleure des stratégies possibles pour réussir.  Si ce temps de réflexion empiète sérieusement sur le peu de temps qu’il vous reste pour sauver votre examen, vous êtes contre-productif. Soyez raisonnable, et allez droit au but.

 

Leave a reply